Menu

STRESS

Qu'est-ce que le stress?

Quand on est stressé, la radio dans notre tête se fait assourdissante. Ce bruit incessant brouille nos pensées et nous empêche d'y voir clair.

Les approches traditionnelles cherchent à gérer les situations "stressantes" en donnant des outils pour naviguer dans le brouillard. Elles essaient de minimiser les EFFETS du stress. Je vous propose de comprendre les CAUSES du stress pour agir en amont avant que le brouillard ne se lève. Quand la radio est en sourdine et que plus rien ne brouille nos pensées, alors plus besoin d'outils de navigation pour aller de l'avant.

Comment réduire le stress au silence ou le mettre en sourdine?

Quand l'enfant touche une plaque électrique chaude et se brûle, il retire instinctivement sa main. En effet, dès qu'il réalise, sans l'ombre d'un doute, que c'est la plaque qui l'a brûlé, un réflexe immunitaire lui fait enlever la main de la plaque. Il n'y a ni RÉFLEXION, ni application d'une stratégie ou d'une technique. Il s'agit d'un RÉFLEXE IMMUNITAIRE PHYSIQUE.

Pendant notre échange, nous examinons le rôle de notre radio intérieure. Quand elle nous prend la tête, c'est tout simplement que nous l'écoutons. Et quand nous lui prêtons attention, c'est que plus ou moins consciemment nous pensons que son message est une mise en garde. Nous sommes persuadés qu'écouter ses instructions peut nous éviter le pire. C'est ce ‘MALENTENDU’ qui est à l'origine du STRESS. Dès que nous réalisons que notre radio intérieure n'a non seulement pas cette fonction d'information et qu'en plus elle est la source de notre stress (tout comme l'enfant qui réalise que la plaque électrique est la source de sa brûlure), alors, par RÉFLEXE, nous éteignons la radio. Il s'agit de notre RÉPONSE IMMUNITAIRE MENTALE. Mon rôle consiste à poser les bonnes questions pour permettre cette PRISE DE CONSCIENCE. Cette RÉALISATION suffit en effet à elle seule à METTRE le STRESS en SOURDINE ou à le RÉDUIRE au SILENCE.

 

SYNDROME DE L'IMPOSTEUR

Les personnes souffrant du syndrome de l’imposteur mettent leur succès professionnel sur le compte de la chance. Elles ont l’impression de ne pas être à la hauteur de la confiance que les autres leur accordent et de ne pas mériter leur place. Elles vivent dans une forme de doute permanent car elles ne se sentent pas légitimes dans leur statut. Dans ce contexte précaire, elles vivent dans la peur d’être démasquées. Si la situation fait penser à une imposture, il s’agit avant tout d’un syndrome, c'est-à-dire d’un complexe qui s’exprime par un sentiment, un feeling, un ressenti physique. Les approches traditionnelles cherchent à minimiser les manifestations de ce syndrome en donnant des outils pour atténuer le malaise. Je vous propose d’en comprendre les CAUSES pour agir en amont, avant que le masque ne soit posé. Car quand le masque est levé, on n'a plus peur d’être démasqué!

Comment démasquer le syndrome?

Quand on change de pointure (on passe d’un poste d’actuaire à celui d’actuaire en chef), quand notre travail change de nature (on passe d’un rôle d’expert à celui de manager), on perd nos repères. Lorsqu’on s’identifie à une fonction ou à un rôle, on essaie de stabiliser la situation pour ne pas perdre pied. Cette tâche titanesque mobilise toute notre attention et nous empêche de voir les opportunités de notre nouvelle fonction. Chaque changement nous insécurise et nous empêche de faire le nécessaire pour être à la hauteur de cette nouvelle situation. C’est exactement au moment où l’on a le plus besoin de clarté que tout semble trouble. Alors on se sent pris au piège entre rester dans l’ombre pour se faire oublier, ou afficher un masque qu’on pense être mieux adapté aux circonstances.

Pendant notre échange, nous mettons à jour la constante de notre Identité, le terrain solide sur lequel on peut toujours prendre appui pour se développer personnellement et professionnellement. Quand on réalise que lorsque l'iceberg de notre expérience passée fond, ce n’est pas notre Identité qui fait naufrage mais une autre personnalité adaptée à la nouvelle situation qui émerge, alors on n’a plus peur de boire la tasse. Libérés de nos peurs, on peut embrasser les changements en mode "exploration", avec aisance et curiosité. On n'a plus besoin d'essayer de se donner du courage pour de sortir de notre zone de confort au plus vite et éviter le pire. La peur et le sentiment d'urgence font place à la confiance, en soi et en l'avenir. Les changements sont désormais perçus comme une chance.

 

PRISE DE DECISION

Notre quotidien est désormais VUCA. Cet acronyme a été créé par le "US Army War College" pour décrire la réalité multidimensionnelle qui a détrôné le monde polarisé au sortir de la guerre froide. En quatre noms, tels des points cardinaux, VUCA situe notre quotidien: - Volatility (volatilité ou instabilité comme sur les marchés boursiers) - Uncertainty (incertitude ou imprévisibilité) - Complexity (complexité due à l'interconnexion d’agents toujours plus nombreux) - Ambiguity (ambigüité).

Dois-je avoir un site internet, une présence Facebook / Instagram, un espace de travail en coworking ? Dois-je regarder mes mails quand je suis en vacances, pour assurer ma visibilité? La complexité de notre réalité déclenche une jungle de solutions, dont chacune ajoute une nouvelle couche de complexité. Bombardé d'offres telles que "les 8 principes des résultats exponentiels", "les 5 étapes du bonheur", "les 3 clés de la sécurité financière"..., on est incapable de se frayer un chemin dans la jungle des options à disposition? Quand on est désorienté et qu’on se sent dans le noir, on finit par démissionner et se laisser guider par l'expert le plus convaincant du moment. On avance certes, mais est-ce dans le bon sens? Là est toute la question. Tiraillé par le doute, on avance à tâtons et on essaie de stabiliser la situation. Cette tâche sans fin nous épuise.

Et si on allumait la lumière pour y voir plus clair?

Quand tout est clair, les zones d'ombre disparaissent et tout est clairement plus simple! Je vous propose de retrouver votre pouvoir décisionnel pour pouvoir tracer votre propre chemin en toute cohérence.

Au cours de nos sessions, nous apprenons à prendre des décisions basées sur nos ressources intérieures: notre bon sens, notre intuition et notre sagesse. La clarté est bel et bien notre état d'esprit naturel. Pourquoi avons-nous nos meilleures idées sous la douche? Tout simplement parce que c'est quand notre tête est libre que de nouvelles idées peuvent faire surface. En effet, quand nos têtes sont pleines d'informations, nous nous sentons comme un globe de neige secoué vigoureusement, dont la neige obscurcit le paysage en scène. Quand on est prêt à laisser décanter croyances, pratiques et doutes tourbillonnants, de nouvelles idées apparaissent. Avoir l'esprit clair, c’est avoir tous les atouts pour évoluer avec aisance au quotidien.